Rechercher

L'impact de la Fast Fashion sur nos Océans

Qu’est-ce que la Fast Fashion ?


Apparue à la fin des années 1970, la Fast Fashion régit aujourd’hui notre mode de consommation et notre impact sur l’environnement. L’idée originelle de la Fast Fashion était de permettre à tous d’avoir accès à la mode due à la baisse des prix des vêtements. Aujourd’hui, l’objectif pour les entreprises est de gagner de l’argent en produisant plus mais en ne cessant pas de réduire les coûts de production. Comment réduire les coûts de production ? En produisant des vêtements de qualité faible (tissus et produits chimiques) et dans des pays où la main d’oeuvre est faible.



Alors, à part réduire les coûts et viser le profit maximum, qu’est-ce que la Fast Fashion ? Dans un monde qui évolue sans cesse, l’industrie de la mode est dans l’obligation de suivre le mouvement. Fast Fashion ou “mode éphémère” est l’exemple indéniable de la (sur)consommation mondiale, les collections sont renouvelées sans cesse, jusqu’à plusieurs fois par saison, voir des fois plusieurs fois par mois. Changer de collection aussi souvent implique une production massive pour répondre à la demande des clients.


Comment les entreprises telles que H&M, Zara, Primark et tant d’autres, arrivent à répondre à cette demande tout en faisant des bénéfices ? Créer, développer, produire et vendre plusieurs collections par mois à un réel coût. Pour pouvoir se renouveler sans cesse, les entreprises ne cherchent pas à produire et vendre des vêtements de qualité à leurs clients. Vendre des vêtements de qualité nuirait à leurs futurs bénéfices puisque les clients achèteraient plus rarement des vêtements.


Quel impact sur les Océans ?


La Fast Fashion a donc pour objectif de vendre et de produire continuellement sans suivre les rythmes des collections saisonnières imposées par la mode d'antan. Avec cette de production les marques ne regardent plus à la qualité de leurs vêtements, aujourd’hui une grande majorité des vêtements sont constitué de fibres synthétiques (polyester, nylon ou acrylique). Ces fibres sont fabriquées à partir de combustibles fossiles qui «dégagent lors de la lessive 1 900 micro-fibres individuelles» et polluent les Océans.


Durant la fabrication des vêtements «jusqu'à 20 000 litres d'eau sont nécessaires pour produire seulement 1 kg de coton».

La Fast Fashion n’engendre pas seulement la pollution des Océans mais aussi une utilisation excessive des ressources en eau dont nous disposons.


Beaucoup de produits chimiques sont utilisés dans les plantations de cotons pour éviter les pertes dues aux insectes. Ces produits chimiques pénètrent la terre, la pollue, atteignent les nappes phréatiques et pollues l’eau qui y est contenue. En effet, «23% de tous les produits chimiques produits dans le monde sont utilisés pour l'industrie textile » ce qui explique la pollution engendrée par la production de vêtement.



La Fast Fashion a donc un impact important sur la pollution des Océans due à sa cadence de production mais aussi à cause des tissus et produits utilisés. Il s’agit aussi d’une pollution globale car les marques produisent sans cesse sans prêter attention à la demande. Lors des changements de collection dans les magasins, il y a forcément des vêtements des collections précédentes qui restent, ces vêtements, étant de mauvaise qualité, sont plus difficiles à recycler.


131 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout