Rechercher

5 faits surprenants sur les poissons clowns !

Nous avons tous déjà été passionnés par le monde de Nemo et ses histoires surprenantes. Mais vous étiez-vous déjà demandé comment ses semblables sont dans la vie de tous les jours ? En effet, la petite créature toute mignonne qu’est le poisson-clown cache des caractéristiques inattendues, et nous avons hâte de vous les partager ! Alors sans plus attendre, voici 5 faits sur les poissons-clowns dont vous n’aviez pas connaissance.

1) Un monde de mâles ?

Eh oui ! Vous avez bien lu. À l’origine, les poissons-clowns sont tous des mâles. Ce n’est qu’après un accouplement que l’un des deux amoureux devient une femelle. C’est ce qui confère à cette espèce sa caractéristique hermaphrodite. Cependant, il existe des exceptions encore plus bizarres que celles de la langue française. En effet, si la femelle du couple meurt après avoir donné naissance à ses petits, c’est le mâle qui se verra changer de sexe. Par conséquent, le petit qui vient de naître se transforme en mâle et s’accouple avec sa mère, qui était son père à l’origine. Bref, on ne dira pas que c’est étrange comme liaisons, mais pas loin !



2) Le refuge qui effraie tout le monde

Les anémones effraient toutes les espèces marines à cause de leurs tentacules urticantes mortelles. Au contraire, le poisson-clown en fait son habitat principal et ne peut pas vivre sans. C’est un peu le lieu où il recharge les batteries, mais surtout où il se protège de tous les prédateurs qui oseraient s’attaquer à lui. Parce que l’amour qui réside entre les anémones et les poissons-clowns n’est pas à sens unique, le poisson-clown protège lui aussi son endroit préféré en faisant fuir les rôdeurs qui s’approchent un peu trop. De par des coups de dents ou de museau furtifs, ces petits poissons tout mignons peuvent s’avérer plus méchants que l’on ne le pense !


3) Un mégaphone intégré

Nous les humains n’entendons rien sous l’eau, et ça peut vite devenir frustrant, surtout quand on sait que certains peuvent crier ! Avec des cordes vocales dignes des plus grands chanteurs d’opéra, les poissons-clowns peuvent hurler pour faire fuir les intrus, effrayer les prédateurs ou se soumettre à une espèce trop puissante pour être rivalisée. Fun fact, à l’inverse du genre humain, la femelle a une tonalité de voix bien plus grave que celle de l’homme. On sait pas vous, mais imaginer nos pères crier avec la voix de nos mères nous fait bien rire !



4) Who run the world ? GIRLS !

Dans l’univers des poissons-clown, les femelles dominent et ont toujours le dernier mot. Au sein des anémones, ce sont elles les maîtresses de maison et sont très convoitées ! En effet, chacune d’elles possède un harem de mâles reproducteurs qui se battent dans un seul but : devenir le mâle dominant. Comme quoi, ce n’est pas parce que les mâles sont plus nombreux qu’ils détiennent le pouvoir, bien au contraire !



5) Tout est calculé

Bien que l’on puisse penser que les rayures de ces adorables poissons sont aléatoires, ce n’est en fait pas du tout le cas ! Il existe plusieurs prédispositions schématiques quant à l’apparence des poissons-clowns : une strie sur la tête, deux stries (dont une sur la tête et l’autre sur le tronc), ou trois stries qui suit le modèle numéro 2 en ajoutant une rayure sur la queue. Il se peut même que ces stries disparaissent avec le temps ! Étrange, mais assez fascinant !



Pour conclure, nous sommes maintenant tous d’accord pour dire que l’on s’attendait à tout, sauf à ça. Les poissons-clowns ne sont peut-être pas l’espèce la plus grande, majestueuse ou intrigante des fonds marins, mais elle cache en fait beaucoup de petites anecdotes auxquelles on ne s’attend pas ! En espérant que ça vous a plu, nous vous disons à la prochaine pour pleins de nouveautés !

124 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout